Editorial


Cette édition de La Lettre Sépharade est centrée sur trois sujets principaux.

La suite d’une analyse des rapports entre les implantations juives de Livourne et de Tunis au fil des siècles. Presque chaque numéro, à l’occasion de la parution de tel ou tel livre, nous offre l’occasion de revenir sur un sujet qui n’avait pas encore été complètement étudié. Cette fois-ci l’éclairage vient du Maghreb. Nous aurons probablement encore l’occasion d’y revenir.

Le second est Salonique, sujet récurrent car exemplaire. Le choc de la quasi disparition d’une communauté prépondérante en cette ville il y a encore soixante ans est demeur é si fort que nombre de travaux paraissent toujours sur le sujet et qu’en rendant compte nous ne faisons que suivre l’actualité du livre. Au cas présent trois ouvrages concernent essentiellement Salonique, et un quatrième guère plus lointainement puisqu’il s’agit de la Presse juive en Grèce de façon plus générale.


Les autres sujets sont variés : les femmes et l’Inquisition, une saga sépharade familiale dans les Balkans, l’enseignement à Corfou, le Maroc par les proverbes etc.

Et aussi l’Espagne par l’absence insolite d’enseignement de la lingua muestra dans ce pays, alors que l’organisation de cet enseignement se met en place un peu partout dans le monde.

La gastronomie n’est pas oubliée, élément important de la culture.

Le troisième important sujet est la musique. Elle y occupe une grande place. Outre l’analyse de deux bons disques, l’annonce d’un grand festival de chansons judéo-espagnoles au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme dans le cours de mai, auquel nous sommes associés.


C’est la première fois en France que sept interprètes ou ensembles sont réunis pour huit représentations concentrées sur neuf jours. Voyez le programme complet en pages 19 et 20 et ne manquez pas, dès maintenant, de réserver vos places.

Et, un peu en avant-programme, au même Musée, un groupe de musique religieuse et mystique.

Dès maintenant nous annonçons en rubrique Kozas i otras de Sefarad la grande fête annuelle de Djoha le mercredi 20 juin afin que vous réserviez votre journée, ainsi que diverses autres activités.

La Rédaction.

Comments