Éditorial


Nous avons réservé beaucoup de place à Spinoza dans le précédent numéro et dans celui-ci, personnage considérable et complexe, sujet difficile, l’une des grandes figures centrales de la pensée juive, mais bien au delà, l’une des grandes pensées universelles marquant une étape, celle où la réflexion s’extrait, s’affranchit du religieux.

Et les exemples sont hélas nombreux de ces penseurs prémonitoires condamnés par les pouvoirs établis de leur époque, religieux ou civils : il suffit de citer, hors du judaïsme qui nous intéresse ici, les Giordano Bruno, les Galilée dont la vision du monde ne correspondait pas à celle en vigueur de leur temps.
Spinoza, c’est aussi cela.

La coïncidence a fait que huit ou neuf livres le concernant nous sont parvenus en quelques semaines et que l’un de nous, intéressé depuis longtemps par le sujet, a assumé l’importante charge d’en rendre compte.


Un livre du fonds Nahmias nous offre l’opportunité d’honorer la mémoire d’un grand chercheur et mémorialiste de notre culture : Abraham Galante qui, au même titre que Moïse Franco et Jos. Nehama, a étudié tout au long de sa vie telles et telles communautés - essentiellement Istanbul - et a tout noté sur elles avec minutie.

Le premier numéro de notre édition anglophone a été distribué depuis Washington il y a quelques semaines à plusieurs centaines d’exemplaires. C’est un début, et nous continuerons d’accueillir avec reconnaissance les adresses de Sépharades anglophones toujours attachés à notre culture que vous voudrez bien nous communiquer, et que nous pourrions intéresser, n’importe où dans le monde.1

Dans le cas de cette édition en anglais comme dans celui de Spinoza évoqué plus haut, l’initiative a été rendue possible par la rencontre d’un projet et d’une personne qui le prend en charge. Pouvoir susciter de tels élans est la fierté de La Lettre Sépharade.
Nous vous avons fait connaître, avec le numéro précédent, notre initiative de rééditer un livre important et devenu introuvable du rabbin Maurice Eisenbeth, sur les Juifs de l’Afrique du Nord et la signification de leurs noms. Cet ouvrage vient d’être livré aux lecteurs qui l’ont commandé. Quelques exemplaires restent disponibles.

Un autre projet que nous comptons mener à bien est celui de la production d’un disque de chants judéo-espagnols, traditionnels et modernes, interprétés par une chanteuse dont le premier disque avait retenu l’attention. 
Cela devrait se réaliser avant la fin de la présente année et le tract joint vous offre de plus amples renseignements, vous permettant de souscrire.

La Rédaction 
Comments