Musique : Yo m’enamori

1999 Mélodie  50 rue Stendhal
75020 Paris.


Sylvie Cohen François Cotinaud

La coïncidence fait que les deux artistes cités en fin de l’article ci-dessus viennent d’éditer leur premier disque, elle au piano et lui aux saxophones.

Quelle meilleure illustration que ce disque pouvait-on offrir des propos ci-dessus sur l’évolution de la création musicale d’origine judéo-espagnole ? Il s’agit ici d’un travail de libre réinterprétation des chansons traditionnelles que bien d’entre nous fredonnent sans toujours en connaître les paroles.

Ces variations sont agréables, d’abord parce que le mariage piano et saxo est en général plaisant à l’oreille, fructueux. De plus le travail de re-création rythmique est aussi fort intéressant.


Dans la plage n° 6 par exemple le rythme est allusivement jazzy avec le temps fort très légèrement décalé; le saxo improvise, se déchaîne plaisamment, accompagné du piano accentuant l’effet. C’est une exécution très réussie, parfois ébouriffée, très vivante.

La plage n° 10 (Avre tu puerta cerrada) peut être écoutée comme un bon accompagnement et donne envie de chanter, avec des pauses durant lesquelles le piano et le saxo s’expriment pleinement et en alternance. On en vient à regretter qu’une voix d’homme ne se joigne pas pour réaliser un parfait trio.


La n° 11 (Tres hermanicas eran) attaquée au saxo seul, reproduit assez fidèlement la mélodie connue. De même la n° 12 (Paxaro d’hermozura) après une introduction très personnelle, revient fidèlement à l’air traditionnel.


La plage finale, qui donne son titre au disque (Yo m’enamori) est superbe, avec l’attaque au saxo et le piano montant progressivement en puissance.

Bravo d’avoir osé. Un degré de plus dans l’audace et vous vous adjoindrez dans l’avenir, espérons-le, un(e) interprète vocal(e) non pas systématiquement, mais au contraire occasionnellement, dans une plage sur trois ou quatre, de façon à ne pas briser votre concept de base : piano et saxo, mais à l’enrichir. Le chant viendrait alors comme un adjuvant, une variation supplémentaire qui ne briserait pas votre équilibre.


Jean Carasso
Comments