Éditorial


Nous assistons ces temps-ci à un véritable déferlement d’objets culturels touchant au Séfardisme, livres, brochures, revues, disques, et la lecture de cette édition vous le prouvera.

On peut légitimement se poser des questions.

Pourquoi autant ?

D’abord, et pour mémoire, parce que la “Lettre Sépharade” a largement atteint son seuil de crédibilité, de notoriété, et que du monde entier lui parviennent ces objets culturels. C’est dire que notre LS a pris sa place dans l’univers de l’écrit sépharade, mais surtout que le besoin en était fort, prégnant.

Une preuve supplémentaire, s’il en était besoin, est apportée pour la seconde année consécutive par le grand succès de la “Fête de Djoha” qui a réuni quelques 500 personnes,  fin juin, à la Cartoucherie de Vincennes.


Le mérite en revient aux organisateurs qui se sont dépensés sans mesurer leur temps ni leur peine, et au vivier constitué par nos lecteurs, en région parisienne bien sûr, mais ailleurs dans le monde, éprouvant le même besoin de se rassembler, de se compter, de se connaître.

Pourquoi maintenant ?

Parce que le travail des pionniers, des confrères partout dans le monde, a ravivé chez chacun de nous une part de lui-même, souvent enfouie, voire occultée.

Certains lecteurs, de France, de Turquie comme de Floride ou d’Israël, ne se connaissant pas, nous ont fait part ces temps derniers des mêmes réflexions : “… préoccupés d’intégration dans le milieu, dans le pays, nous avons privilégié une bonne connaissance de la langue locale,
rejetant le judéo-espagnol comme un “dialecte” pauvre… alors que maintenant, bien intégrés aux USA comme en Turquie, en France ou ailleurs, possédant le maniement aisé d’une ou plusieurs des grandes langues mondiales, le retour vers notre culture ancestrale, vers nos racines, apparaît tout naturel, nous est un besoin.”

Et c’est ainsi que nombre de personnes étudient, témoignent, écrivent, publient, non seulement des monographies, mais des études approfondies.

Vous prendrez connaissance de plusieurs d’entre elles dans ce numéro.
Nous commentons, comme chaque fois, un superbe livre du fonds Nahmias - un récit de voyage des années 1500 - premier texte que  nous avons choisi de rééditer.
Lisez le commentaire de la spécialiste, regardez les illustrations et, si cet ouvrage vous intéresse, remplissez le bulletin de souscription…

La Rédaction

Comments