Dictionnaire étymologique de noms de famille français d’origine étrangère et régionale - Laurent Herz

L’Harmattan 1997 
267 pages.

On ne peut qu’être sincèrement admiratifs devant le courage nécessaire pour entreprendre une aussi vaste étude de synthèse.

Nous avions nous-mêmes commenté il y a plusieurs années le gros dictionnaire des Guggenheimer1 mais le présent ouvrage, quoique plus réduit en volume, c’est-à-dire groupant les “entrées” par familles plus vastes, a des ambitions bien plus larges puisqu’il ne se limite pas aux seuls noms juifs mais constitue au contraire une ouverture sur des noms arabes, turcs, arméniens, chinois, etc.

L’éditeur a beau exprimer que “cet ouvrage vise à apporter un complément évidemment partiel aux ouvrages existants, mais aussi à proposer quelques idées nouvelles pour aborder la discipline complexe qu’est l’onomastique”, il nous apparaît comme très novateur. Nous allons examiner en quoi.


Tout d’abord dans les “remarques générales sur les transcriptions”, vingt-sept langues sont étudiées, dont l’araméen et le chinois, ce qui est banal, l’arménien, le cambodgien et le yiddish, ce qui l’est moins, mais aussi le basque, le breton, le kabyle et le japonais - sans même mentionner les langues européennes classiques qui vont de soi !

Puis, tout à fait novatrice, et nous y insisterons plus, l’étude sur les noms d’origine chamito-sémitique classés par racines, sans l’expression des voyelles. Exemples :

 f.r.j. = “fissure, échappée” en arabe, d’où Fara-dji, variante g(g)i, Fredj, Faraj, signification : “soulagement, délivrance”.

 H.b.b. = “aimer” en arabe, d’où Habib(i), Hababou, signification : “bien-aimé”.

 H.j.j. = “accomplir un pélerinage” en arabe, et H.g.g. = “fêter, danser” en hébreu, d’où Hadjadj sous ses diverses formes, signification “qui va souvent en pélerinage”, Belhadj, “fils du pélerin”, Hag(g)ège.

 r.b.b. = “devenir nombreux, se multiplier” en araméen et en hébreu , Berrebi, signification “fils du rabbin”, mais aussi :

 r.b.b. = “beau-fils” en arabe, d’où Arbib, Rebibo.

 s.w.s. = “lys” en arabe, mais aussi

 sh.w.sh. = même sens en hébreu d’où Soussan, Bens(s)oussan, fils du lys, qui donne aussi le prénom Sawsan symétrique de l’hébreu Chochana, Suzanne en français.

Un trésor de science très simplement présenté. Bref, il va devenir difficile de s’occuper d’onomastique en France sans garder ce livre sous le coude...

Jean Carasso

Comments