Juda Halévi d’Espagne à Jérusalem 1075-1141 - Masha Itzhaki

Paris, Albin Michel 1997 “Présence du judaïsme”  172 pages. Bibliographie.
Traduit de l’hébreu par Flore Abergel,  sauf les poèmes,  par Michel Garel.

Si l’on voulait résumer brièvement la carrière littéraire de ce célèbre écrivain, l’un des fondateurs de la littérature juive d’Espagne - proprement sépharade - on pourrait exprimer qu’il a commencé en Andalousie comme un poète de salons fort doué, et qu’il a terminé sa vie en philosophe de haut niveau avec son livre Kuzari, récit d’une supposée polémique, disputatio dira-t-on plus tard, entre le roi des Khazars, un philosophe rationaliste, un prêtre, un let-tré musulman et un rabbin.

Au travers du discours du rabbin, homme central de cette discussion, c’est sa propre opinion que Juda Halévi exprime sur la relation entre le judaïsme et les autres religions monothéistes dérivées, sur la vérité du judaïsme. Il est de fait que le roi des Khazars se convertit au judaïsme, entraînant son peuple avec lui 1 !

Juda vient au monde en des temps troublés, probablement à Tolède, alors que 23 micro-royaumes musulmans se partagent l’Espagne du sud, et qu’Alphonse VI roi de Castille leur reprend Tolède en 1085.

Juda vit à Cordoue, Séville, Grenade, villes-phares de la civilisation, fréquente des salons littéraires et se trouve, grâce à ses talents de poète, poussé vers l’avant de la scène par Moïse ben Ezra, lui même poète reconnu, et fils de Jacob, grand poète lui aussi. 


Les trois écrivent des poèmes en hébreu, dans la métrique et la forme arabes, les sujets étant profanes.

Juda acquiert sa pleine maturité à Cordoue, gagnant sa vie comme médecin et homme d’affaires, ce qui le met en contact avec l’Egypte et la Terre Sainte.

Il commence à écrire son Kuzari en arabe, (ultérieurement traduit en hébreu par Juda Ibn Tibbon, 1120-1190, “le père des traducteurs”) et décide en 1140, le livre achevé, de partir pour Jérusalem et il se pose quelques mois à Alexandrie. On a retrouvé de lui de la correspondance autographe et un récit de voyage dans la genizah de Fostat-Le Caire2, ce qui a permis récemment de le connaître un peu mieux.

Il s’embarque le 19 mai 1141, aborde probablement à St Jean d’Acre, en territoire chrétien conquis par les Croisés en 1099 (l’éphémère “Royaume de Jérusalem”) et, dans des circonstances très difficiles (lesdits Croisés ont chassé de Jérusalem et/ou grandement massacré musulmans et juifs) on perd sa trace. Il meurt probablement très peu de temps après.

Jean Carasso

Actualité

 

L’échelle de Jacob

Elie Carasso avait publié il y a quatre ans “L’échelle de Jacob”, un livre couvrant un siècle de vie familiale de sa branche maternelle Nahmias, primitivement à Salonique, puis décrivait finement l’atmosphère de Clermont-Ferrand sous l’occupation allemande, ville dans laquelle sa mère habitait alors.

Ce livre qui a connu un juste succès, rapidement épuisé, vient d’être réédité*.

Et à l’occasion de la mort récente de sa mère, Elie lui rend hommage dans un second ouvrage, à paraître très bientôt : “La voix de la mémoire - l’échelle de Jacob, tome II”, fait de multiples contributions de signataires connus et d’échanges de correspondances couvrant ces dix dernières années, textes divers, études, poèmes*.

 

Lyon, 14 juin

Le Cercle d’Etudes Libérales de Lyon (Association culturelle de la Communauté Juive Libérale)  vous invite à participer à une

soirée culturelle judéo-espagnole,

(Los Sefaradim) le samedi 14 Juin à 18h

 7 Quai Jean Moulin, 69001 Lyon.

Elle comportera :

une présentation de son livre Les eaux douces d’Europe
(commenté dans notre LS 18 )  par l’auteur, Brigitte Peskine (l’action se passe au début du présent siècle à Constantinople),

une exposition de photographies anciennes des communautés juives dans l’Empire ottoman.

un buffet de spécialités accompagné de chants en djudezmo et de musique.

Participation aux frais : 90F.

Renseignez vous, inscrivez-vous avant le 10 Juin au 04 72 00 27 13.

 

Tolède, 8 au 11 septembre

L’Université de Castille - La Manche propose comme chaque année son enseignement d’été, du 8 au 11 Sept.,  un programme centré sur
Les vestiges matériels du judaïsme en Espagne” avec des intervenants de haute compétence.

Renseignements et inscriptions :  Museo Sefardi, calle Samuel Levi E 45002 Toledo

Comments