A propos du blason de la “Sainte Inquisition”


Le blason inquisitorial ornant le fronton de la page de titre (ci-contre) comprend normalement, sur champ blanc (ou noir) et de forme ovale ou ronde, trois pièces : une croix flanquée d’un rameau d’olivier à sa droite et d’un glaive à sa gauche. La croix est verte et - ce n'est pas le cas ici - elle évoque souvent l'arbre par des moignons de branches et un enracinement visible dans la terre. Il arrive que l'olivier et le glaive, brandis par des figures allégoriques, soient placés de part et d'autre à l'extérieur du médaillon. Le rameau et l'épée à double tranchant sont souvent placés obliquement et non parallèlement à la croix comme c'est le cas sur cette gravure, où le glaive évoque une croix renversée : trouble confusion des graphismes ! On trouve généralement, en âme autour du médaillon, la devise du Saint-Office,  tirée du Psaume 74 (73): Exurge Domine, Judica causam tuam..., lamentation de David devant le Temple détruit: “Lève-toi, ô Dieu, plaide ta cause...”. Lors des auto da fé généraux ce verset emblématique servait en outre de thème au sermon1.

Les commentateurs d'auto da fé ne manquaient jamais de gloser ce double et contradictoire symbole de “l'olivier de miséricorde” et du “glaive de justice”. Vertical ou oblique, le glaive apparaît toujours brandi, la pointe en l'air. Double message : hommage à la croix, défi à l'hérétique. Double symbole - vengeance ou châtiment - de la parole de Dieu : le Gladium spiritus (quod est verbum Dei) de Saint-Paul aux Ephésiens; mais parfois un cartouche explicatif, placé sous l'allégorie armée, porte les versets 6 et 7 de l'avant-dernier Psaume, le triomphal 149 : “A pleines mains l'épée à deux tranchants, pour exercer sur le peuple vengeance, sur les nations le châtiment”. Double référence donc, aux deux Testaments.

Dans sa relation du dernier grand auto da fé célébré en Espagne, à Madrid le 30 juin 1680 2, Joseph del Olmo détailla en ces termes la symbolique des armes inquisitoriales : “De même que les Princes de la terre montrent l'excellence et l'ampleur de leurs domaines par des blasons peints sur leurs écus, pour expliquer la juridiction du Saint Tribunal d'Inquisition et la finalité de son difficile exercice, ce Saint Tribunal prit pour armes une Croix Verte sur champ noir, avec un rameau d'olivier à droite et à gauche une épée, comme pour signifier que la Croix de notre Rédemption, par la miséricorde divine et la douceur de sa grâce représentées par l'olivier, offre l'espérance aux esprits enténébrés des condamnés souillés par l'ombre de leurs noires erreurs, pour les délivrer du châtiment rigoureux dont les menace l'épée. Ce symbole correspond à l'acception courante qui veut que le vert signifie l'espérance...”

Michèle Escamilla-Colin 


Illustration de la page de garde 

Comments