Muestra lingua : Un pokitíko de avlastína

Nous avons commencé, il y a quelques années maintenant et sur la demande de lecteurs, la publication dans chaque livraison d’un court texte en judéo-espagnol d’Isacco Hazan rédigé sous forme d’un dialogue vivant qui, lu à haute voix par des personnes n’ayant pas de pratique peut contribuer à les initier de façon plaisante. L’auteur s’est efforcé de restituer le plus fidèlement possible le climat dans lequel évoluaient les communautés juives de l’Empire ottoman. Nous poursuivons ce dialogue volontairement tout simple, pour ne pas décourager les débutants .

Nous ne publions pas de traduction intégrale mais des notes éclairantes que Haïm Vidal-Sephiha a bien voulu réviser et commenter. La graphie adoptée est celle de Vidas Largas. Nous suggérons aux débutants de lire lentement et en scandant, profitant des marques d’accentuation qui ne figurent communément pas.

La Rédaction


Saróta
A propózito de endevína, dizen ke Sol i Bohór, el ke mélda en las estréyas, se van a kitár.

Redjína No estó al korriénte. Ke les akonte-
 syó
?

Reyna Bivyéron syémpre piójo sóvre kustúra kómo los pitchoníkos.

Saróta Lo súpe de Palómba ke móra en el mizmo pyáno. Káda nótche se des trúyen los múndos en la biná entéra de los grítos ke étchan.

Redjína No kréygas estas bavajádas. Bohór,  afuéra de su mujér no alevánta ójo.

Réyna Si, para mirár el syélo i lo ke predíze avagaríko, kuáji verguensózo :”va avér lúvya  se afírma.

Saróta Endevíno de água dúlse !  Vé kon el ójo, apúta kon el dédo.

Redjína En tódos los kávzos, máy no se yérra. A la kóntra tu amíga es bóka de ávas.

Réyna Kontár lo súyo i lo ajéno pára topár ke avlár puéde danyár.

Saróta Palómba konose el klávo i el buráko de káda káza. Kon el ayúdo del “recorder” ke le mandáron de los Estádos Unídos me ízo oyír una “cassette”.

Redjína i Réyna en djúntos Kuálo dentuvítes ?

Saróta Un diskórso bien kláro.

Sol Ázeme bivir a mi rángo. Ántes de kazárme éra íja DE LEON,  alkúnya alaváda anoblesída en Olánda !

Bohór Porké no tomí dóta te paresyó ke so del millét de akéyos marídos ke se amájan.. Yo si me amájo es kon mi kerénsya. De agóra en delántre fíyame la yaká una ves i buena.

Sol Tu, a párte las estréyas, ni kon el guérko te pásas ! Yo se óro de so(m)portárte...

à suivre

pokitíko =  diminutif du diminutif, qui renforce le sens : esp. poco, diminutif j.e. pokito.
avlastína = bavardage (à Salonique = SLNQ favlastina). Esp. hablar, parler.
endevinar = deviner.
Bohor = aîné, de l’hébreu bekhor, souvent utilisé comme prénom et, depuis l’épisode d’Esaü ayant un peu sottement vendu son droit d’aînesse, a pris le sens de bêta, nigaud. No seas bohor = ne te laisse pas berner.
meldar = lire. Du grec meletó, méditer, étudier des textes sacrés, a donné l’ italien meletáre l’espagnol meledáre, et en judéo-esp. s’applique à tout texte. L’Espagnol moderne emploie leer.
kitar = quitter, se séparer, divorcer mais aussi rendre : kitar loko, rendre fou, affoler, alors qu’en esp. on exprime : volver loco.
akonteser = survenir, arrivé. Ici : que leur est-il arrivé?
piójo sóvre kustúra = comme pou sur couture, inséparables. Autre expression imagée : dos kúlos en une brága, deux culs dans une seule culotte.
pyáno = étage, de l’ital. piano, même sens.
se destrúyen los mundos = c’est la destruction, la fin du monde; ici, faire du tapage.
biná = immeuble, aussi bien okéla emprunté au turc.
bavajáda = bêtise, (de bave).
mirar = regarder (esp.) considérer, veiller à : mírate buéno, prends soin de toi.
avagaríko = très lentement, renforcement du sens de avagár, lentement.
verguensózo = honteux. Esp. moderne : vergüenza.
lúvya = pluie. En léonais luvia, en esp. moderne lluvia.
água dúlse = littt. : eau douce, potable. Ici, fade, insignifiant, médiocre.
máy = jamais (ital. mai).
yerrár = se tromper. I el haham yérra en la tevá = même le rabbin en chaire peut se tromper.
bóka de ávas. (à SLNQ :  favas ) = littt bouche de haricots = qui ne sait pas tenir sa langue.
kontár lo súyo i lo ajéno = raconter ses affaires et celles des autres : parler à tort et à travers, sans discrétion.
danyár = nuire (esp.)
el klávo i el buráko = le clou et le trou (buraco en léonais et en portugais). Connaître le moindre recoin.
ayúdo = aide (esp. ayuda, aide, mais qui, en j.e. a gardé le sens espagnol du Grand Siècle : clystère, lavement). Il faut donc bien veiller à employer le masculin !
dentuvítes plus généralement detenítes = retenir, remarquer.
alkúnya alaváda anoblesída = nom de famille d’une belle, noble origine. De ké alkúnia es ? Quel est son nom de famille ?
millét = nation, peuple, espèce.
amajár = esp.: ennuyer, fatiguer. Ici “s’écraser”. “Je ne suis pas de l’espèce de ceux qui s’écrasent” dit Bohor.
kerénsya = volonté, vouloir.
fíyame la yaká = lâche moi le col. Yaká = jaquette. En français populaire contemporain : “lâche-moi les baskets” ou “fiche-moi la paix”.
ni kon el guérko te pásas =  (esp huerco, le diable). Ni même avec le diable tu ne t’entends !


Comments