Disque compact “Kantes djudeo-espanyoles” - Joaquín Díaz

C.D. édité par la Junta de Castilla y León,  distribué par Tecnosaga, calle Dolores Armengot13  E 28025 Madrid.

C’est une sorte de modèle d’enregistrement que nous offre Joaquín Díaz avec ses “Kantes djudeo-espanyoles” dont nombre sont des “chansons de noces” avec une pointe d’érotisme, peu souvent interprétées, et justement ici par un homme, comme le suggère le texte. C’est ainsi qu’elles prennent tout leur sens !

Et c’est un paradoxe souvent remarqué que ces chansons masculines - et bien d’autres - sont de tradition et de culture orales, lesquelles sont transmises bien entendu par les femmes...

L’équilibre entre le chanteur à belle voix grave et l’accompagnement est ici ce qu’il doit être : on croit n’entendre que le premier, et le second est pourtant indispensable à l’harmonie de l’ensemble.

“Cuando tu madre te parió”, très connue (n° 2) est bien interprétée, avec une grande liberté mélodique. La n°3, “Cantica de boda”, un peu longuette bien que n’allant pas au bout - par décence peut-être ? - du texte connu...

       La n°4 (“Por el valverde”) et la n°13 (“Tambien de la madrugada”) font étonnamment bien ressortir la qualité du chanteur, sa belle voix basse, ses vibrato. Cette dernière est plutôt coquine, et la n°11 donc ! (“Sara la preta”). La n° 12 (“Tus ojicos”) se distingue par son rythme entraînant de valse, ce qui est plutôt rare.

Chacune demande à être écoutée plusieurs fois, expliquée par le livret qui n’offre pas le texte, mais l’environnement culturel, les sources, sous la signature de l’éminente Paloma Díaz-Mas etc... Un modèle de réalisation !

Jean Carasso


Comments