Cassette vidéo “Areas of oblivion” Cimetières en Turquie


Minna Rozen, de l’Université de Tel-Aviv a entrepris une œuvre considérable : recenser les cimetières juifs de la sphère ottomane qui subsistent encore avant leur inéluctable disparition, non seulement quant aux noms et épitaphes écrits sur les tombes - en telle ou telle langue  - mais aussi quant à la forme, au style de ces tombes, à leurs caractéristiques générales portant en elles un grand enseignement.

Et elle en a engagé une recension qu’Enrico Isacco illustre, explique, sous forme d’interview de Minna (en anglais) et d’autres personnes, dans cette bande vidéo qu’il a réalisée ces années dernières. 



Parallèlement Minna Rozen a édité un livre sur le sujet, richement illustré d’iconographies originales. 60 000 tombes ont été recensées, caractérisées et intégrées en un programme informatique qui permettra d’autres enregistrements. Les enseignements sont considérables, en matière d’études familiales, généalogiques, sociologiques etc.
Notons au passage que si les inscriptions funéraires sont généralement rédigées en hébreu, 29%, à Haskeuil, cimetière ouvert en 1582, le sont en judéo-espagnol. Les autres cimetières importants, sur le territoire de la Turquie actuelle sont ceux de Kuskundjuk et d’Izmir.


       La caméra nous promène de la synagogue ruinée de Vidin en Bulgarie à la colline de Kunskundjuk.
Mais il s’agit essentiellement pour l’instant du cimetière de Haskeuil dans la banlieue d’Istanbul, comportant 400 types différents de tombes..

Cette intéressante cassette vidéo est à visionner au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme à Paris - qui ouvrira l’an prochain dans ses locaux définitifs.
Jean Carasso
Comments