Cassette audio musiques contemporaines - Judy Frankel


Elle a osé, Judy, se lancer et mettre en musique des textes modernes en judéo-espagnol, bravo. Elle y a réussi.

L’histoire est belle : Judy vit à Los Angeles, elle est compositeur de musique, interprète de chants judéo-espagnols de par le monde, et s’accompagne elle-même à la guitare dans le cadre d’une petite formation. Nous avons commenté l’un de ses disques dans la LS 7 de septembre 1993. 

Rita Gabbaï-Simantov est poétesse en judéo-espagnol et a fait éditer à Athènes en 1992  un petit recueil de poèmes délicats, tout simples, souvent fort émouvants appelé : Quinientos anios despues. Nous avons publié de ses poèmes dans divers numéros de la LS.

Henriette Azen se consacre depuis de nombreuses années, avec l’aide de Haïm Vidal-Sephiha et “Vidas Largas”1 à noter et transcrire les chansons que lui chantait sa maman, native de Tétouan et descendante d’un lignée de rabbins espagnols. Henriette, outre qu’elle chante elle-même lesdites chansons a capella, en a enregistré nombre, et publié un recueil en 1994 : Kansyonero tétouanais2.


Judy donc, qui a connu Rita et Henriette au travers de la “Lettre Sépharade”,  prépare un disque compact comportant une chanson tétouanaise : La vida es un pasahe3, et diverses autres sur des poèmes contemporains, de Rita et d’autres poètes. Elle vient de nous adresser une cassette provisoire de quelques unes de ses créations et nous sommes admiratifs et comblés.

D’abord rien ne permet de différencier dans le style, dans l’esprit, les chansons traditionnelles des créations de Judy elle-même. Elle est bien dans la lignée et fait souvent preuve d’une belle imagination mélodique.

Elle chante en duo avec elle-même, superbement, souvent à la tierce et avec des variations mélodiques réussies. Nous distinguons plus particulièrement, mais c’est difficile car le choix est assez homogène : Hanoukah de Lina Albukrek et Shabat de Rita Gabbaï-Simantov, qui sont de très grande qualité, tant dans leur composition que dans leur interprétation.

Judy s’est offert de la joie en composant et interprétant. Nous, en écoutant la cassette. Nous en reparlerons à nos lecteurs lorsque le disque sera édité.

 Jean Carasso 

ELLE COURT, ELLE COURT LA BERENDJENA :

Nos lecteurs se souviennent qu’en fin de la LS 16 de décembre 1995,  nous avions reproduit en dernière page une chanson intitulée Los guizados de la berendjena racontant les sept façon de cuisiner ce délicieux légume...  et nous racontions comment Susana Weich-Shahak l’avait recueillie.

Lisant cela, Sophie Caplan, parfaitement francophone et responsable de la Société de Généalogie Juive d’Australie, expédia la page à son cousin Geoff Sirmai appartenant à un groupe de chanteurs folkloriques se spécialisant dans les chansons judéo-espagnoles. La partition fut arrangée pour petit orchestre par la professeur de musique, Winsome Evans et vient d’être interprétée ainsi par le groupe, les 31 juillet et Ier août dans la grande salle de l’Université de Sydney dans le cadre d’une soirée Ensalada española. Notre chanson est devenue Seven Ways to Cook the Aubergine mais fut interprétée dans sa langue d’origine, parmi d’autres.

Quand on vous dit qu’ “elle court, elle court la berendjena !

Jean Carasso

Comments