Rhodes et Cos


Esther Fintz-Menascé qui lutte depuis tant d'années pour le rappel de la mémoire de ses compatriotes rhodeslis  assassinés par les nazis, nous informe que le 23 juillet prochain aura lieu, en Israël et  sous les auspices du KKL, l'inauguration de la “Forêt à la mémoire des Juifs de Rhodes et Cos”. Cette date a été choisie précisément en commémoration du 52ème anniversaire de la déportation de tous les habitants juifs de l'île. Ceux-ci furent embarqués le 23 juillet 1944 sans eau ni nourriture sur trois petits pétroliers,  mouillant ensuite à Cos pour y recueillir encore les 94 Juifs de cette île et poursuivre la route vers le Pirée. A l'escale de Leros le commandant autrichien de l'expédition refusa toute montée à bord d'alimentation et de boisson alors que les passagers étaient déjà les uns  affaiblis, les autres sérieusement malades1.

Dans la préface à la réédition du livre "Gli Ebrei a Rodi", Esther nous retrace à grands traits la très longue histoire de ces juifs rhodeslis, communauté revivifiée par l'arrivée des réfugiés d'Espagne en 1522, lors de la conquête de l'île par Soliman le Magnifique.

Esther nous joint cette fois la photo d'une Rachelica (Capelluto), accompagnée d'un poème de Nora Menascé que nous reproduisons : 

Consolation de Malherbe pour la mort 
de Rachelica:

Ta mère t'avait habillée en blanc,
la couleur de l'innocence.
Tu n'as vécu que jusqu'à neuf ans,
au seuil de ton adolescence.
Beau était autour de toi le paysage;
tu habitais Rhodes, un coin de paradis.
Tu avais un joli, enfantin visage;
beaucoup de biens de cette terre t'étaient promis.
Vivre est toujours une grande chose,
mais la noire barbarie des nazis
de ta vie a coupé le chemin;
et, rose, tu as vécu ce que vivent les roses,
l'espace d'un matin.

Que ceux de nos lecteurs qui se trouveront en Israël en fin de juillet se joignent à cette pieuse commémoration.

Il n'est pas trop tard pour ajouter des arbres à cette forêt, et vous pouvez adresser votre chèque, libellé au nom du KKL à Milan, à l'adresse personnelle d'Esther: 7 via Sauli, It 20127 Milan.

Ceci nous est une occasion de rappeler le livre reçu ces temps derniers mais édité en 1989 par Isaac Jack Lévy, universitaire américain, fils de Rhodeslis ayant opportunément quitté l'île en 1939 :“Jewish Rhodes : a lost culture”2. Jack nous retrace l'itinéraire de cette communauté et, en fin d'ouvrage nous raconte ses conversations lors d'une rencontre à Bruxelles avec les sœurs Fintz - Menascé. Il reproduit, pour clore son livre, le poème en judéo-espagnol que celles-ci lui confièrent  justement : de muestras kazas mos kitaron, ( ) al vapor mos embarkaron

Et toujours à propos de Rhodes, le bulletin n° 11 édité à Tel-Aviv, de la seconde génération des  Grecs survivants des camps de la mort, dans son édition annuelle de 1996 nous offre la liste complète des déportés à Mauthausen depuis chaque ville grecque, entre autres de Rhodes (105 environ ) et Cos (4), Corfou (10) Salonique (180 environ) etc.

Comments