Philadelphie - Samuel Armistead


Notre ami Samuel Armistead, le titulaire de la chaire de littérature espagnole à l’Université de Californie à Davis, nous communique l’intéressant texte suivant

Deux siècles d’amitié  judéo-chrétienne 


Durant la neuvième conférence britannique sur les études judéo-espagnoles, tenue à Londres du 2 au 4 juillet 1995, j’eus l’occasion de raconter à mon estimé collègue et ami Jean Carasso une coutume intéressante et ancienne des communautés sépharade et chrétienne de ma ville natale de Philadelphie. Elle est connue sous le nom de Fellowship Dinner (dîner confraternel) célébrée chaque année au mois de mai et organisée  alternativement par la Congregation Mikveh Israël  et la Christ Church, toutes les deux situées dans un plaisant quartier du XVIIIème siècle, au centre ancien de la ville. 

Je suis honoré d’offrir ce bref compte-rendu aux lecteurs de la “Lettre Sépharade”.

La Congrégation de la Christ Church fut fondée en 1695 par un petit groupe d’Anglicans installés dans la Philadelphie coloniale laquelle, à l’époque, était majoritairement Quaker. Le premier édifice de culte anglican fut achevé en 1696. La construction de l’église actuelle débuta en 1727 mais ne fut pas achevée avant 1754. La superbe structure est toujours en état, considérée comme l’un des plus beaux exemples d’architecture coloniale américaine.

Les premiers Juifs venant de New Amsterdam (New York) dans la vallée  de la rivière Delaware, pour une courte visite en 1655 furent Isaac Israël et Isaac Cardozo, qui commerçaient avec les Indiens.



 
Les premiers Juifs à s’installer arrivèrent à Philadelphie vers les années 1730. Ces  colons étaient d’origine sépharade et achkénaze et une tradition locale rapporte qu’un logement privé servit de premier local communautaire dès les années 1740.

La Congrégation Mikveh Israël  fut établie en 1782 et le premier officiant était un homme de grande culture, Gershom Mendes Seixas. Malgré les origines diverses de ses membres, le rituel sépharade prévalut et s’est maintenu jusqu’à nos jours. L’état-major de la Congrégation est toujours connu sous le nom de adjunta  - avec la bonne prononciation sépharade - tout comme dans les premiers temps coloniaux. La Congrégation déménagea vers un bel et grand immeuble en 1812, et se déplaça encore de nombreuses fois depuis. Actuellement elle réside dans un nouvel immeuble élégant situé dans la partie ancienne de Philadelphie, à quelques blocs d’immeubles seulement de sa vieille voisine Christ  Church. Le cimetière colonial d’origine est tout proche au coin des 9ème rue et Spruce, et les anciennes pierres tombales portent toujours de nombreux et vénérables noms sépharades1 .

En accord avec l’esprit de tolérance religieuse qui caractérisa les fondateurs de Philadelphie, les communautés juive et chrétienne, depuis le début, entretenaient d’amicales relations. Christ Church soutint l’établissement de la Congré-gation juive en 1740 et, en 1788, le grand Benjamin Franklin se joignit à un groupe de distingués citoyens chrétiens pour offrir des fonds à Mikveh Israël dans une période de crise  économique. De telles amicales relations se poursuivent de nos jours. Durant les années terribles de la Seconde Guerre mondiale, Christ Church se tint proche de la communauté juive dans le même esprit de partenariat vécu depuis les temps coloniaux.
En 1941 les deux congrégations coopérèrent pour créer une Neighbourhood Businessmen’s Association dans le but d’améliorer les conditions de vie dans le centre ville.

L’habitude du Fellowship Dinner fut établie en 1943 et reste toujours d’actualité à ce jour. Dans les années 70, Christ Church célébra la reconstruction de Mikveh Israël à son adresse actuelle et, pour commémorer la fin de la seconde guerre mondiale, le recteur de Christ Church et le rabbin de Mikveh Israël participent en commun, chaque année, à une prière particulière pour la paix.
A une époque où le nationalisme militant, l’intolérance religieuse et les haines ethniques sont omniprésentes dans les événements quotidiens, les deux siècles de collaboration amicale entre Mikveh Israël et Christ Church nous offrent un exemple inspiré et plein d’espérance.       

Samuel Armistead2


Remerciements chaleureux pour leur aide généreuse à Florence S. Finkel, Sarah Goldberg et Ida Pomerantz durant ma visite à Mikve Israël, de même qu’au révérend James M. Taylor, ministre assistant à la Christ Church, et Bruce Gill, archiviste de l’église.

S.A.
Comments