Muestra lingua : La despasénsya de Redjína - Isacco Hazan

Nous avons commencé, il y a quelques années maintenant et sur la demande de lecteurs, la publication dans chaque livraison d’un court texte en judéo-espagnol d’Isacco Hazan rédigé sous forme d’un dialogue vivant qui, lu à haute voix par des personnes n’ayant pas de pratique peut contribuer à les initier de façon plaisante. L’auteur s’est efforcé de restituer le plus fidèlement possible le climat dans lequel évoluaient les communautés juives de l’Empire ottoman. Nous poursuivons ce dialogue volontairement tout simple, pour ne pas décourager les débutants . 

Nous ne publions pas de traduction intégrale mais des notes éclairantes  que Haïm Vidal-Sephiha a bien voulu réviser et commenter. La graphie adoptée est celle de Vidas Largas. Nous suggérons aux débutants de lire lentement et en scandant, profitant des marques d’accentuation qui ne figurent  communément pas.

La Rédaction

Pérla, la íja de Redjína, enserráda en su kamaréta, tádra de aparesér.


Redjína Perlútcha, ven te verémos ! No kédes sóla, léchos de la kristyandad! Kuálo  tyénes de azér ? En ke estás ? Es de lárgo ?

Pérla         Dévo ambezárme la lisyón pára el devoir sur table” de amanyána.

Redjína Te mánka múntcho ? Parése mal de largíya !

Pérla         Kuándo ay matematík, enkóntro syémpre zorlúk. Kale tenído
                        kapatchedá de endevína ! En “algèbre” partikularménte.

Redjína Ayínde no topátes la posúla pára ke l’ “algèbre” káyga en la 
                tchikés de tu meóyo ?

Pérla         Di ke estó prónta ! Sínko púntos de kóza i véngo pichín , pichín !

Redjína Konóses tu dovéres de mutchátcha, de íja kúmplida de la káza ?

Pérla         Ke kéres ? Kuálo te ará plazér ?

Redjína La djizvé ya está yéna. A si bíva la bulá, dále un buyór.

Pérla         Ke karár de asukár ke méta ? Kómo bevéch el kavé ?

Redjína Lo asukarí métrio, ortá sovre la báza de úna pilotíka por findján.

Pérla         Es menestér de adjustár demazíya de asúkar ?

Redjína Ansína ya abásta. Ma no te olvídes lo más importánte; adúlsamos
                        kon tódo el niúr ke se déve.

à suivre...




despasénsya =  impatience.
kamaréta = (esp. moderne : chambrette, cabine de bateau) chambre, syn. de odá, mot turc déjà rencontré = chambre.
léchos de la kristyandád, littt. loin de la chrétienté, c’est à dire loin de la société. L’expression vient en droite ligne d’Espagne.
en ké estás ? = où en es-tu ?
ambezár = apprendre.
largíya = largeur, étendue.(ici avec le sens de “long”)
zorlúk = directt du turc : difficulté. Même formation, “por zorla” : de force, par contrainte.
ayínda = ancien esp. ou portug. moderne : encore.
posúla = turc, venant d’évidence de “boussole”, pour : moyen, solution, filon.
kávga = à l’infinitif : kaver, tenir dans, trouver place.
tchikés = esp. chico, petit : enfance, jeunesse. Ici, petitesse, exiguïté.
pichín = du turc petchin, acompte : de suite, immédiatement.
dovéres = devoirs. Amalgame d’italien avec un pluriel espagnol.
íja komplída = même sens qu’en français : fille accomplie, bien élevée.
djizvé = turc cezve, cafetière.
búla = de l’hébreu beulah, féminin passif de baal : épouse. Ici au sens de “la dame”.
buyór = du français bouillir : ébullition. El kavé túrko kére dos o mizmo trés buyóres : le café turc demande deux à trois ébullitions.
karár = du turc : quantité.
métrio = du grec : moyen. Ici : j’ai sucré le café moyennement. Même sens, plus loin : ortá, ce dernier venant du turc.
pilotíka = petit morceau, diminutif de pilóta : morceau.
findján = du turc fincan : tasse, (mot déjà rencontré).
demazíya = en plus, encore, en excès, (de l’espagnol).
abásta = suffit, à suffisance (de l’esp).
adulsár = servir du dulse, des douceurs, de la confiture ou du charope (de l’esp).
niúr = soin, mais ici : “toute l’éducation qu’il se doit”.
Comments