Inside Hitler's Greece the experience of occupation (1941-1944) - Marc Mazower


En anglais puis en grec. 1993/96 pages,  chez Juda Magnes Museum éditeur, Berkeley, Californie, 1989  traduit en grec sous le même titre en 1994 aux Editions Alexandria.
Si l’on excepte le monumental In memoriam  de Michael Molho1  et l’ouvrage du professeur P. K. Enépékidis2 consacré exclusivement au drame des Juifs de Grèce sous l’occupation allemande, on s’aperçoit que la question des persécutions des Israélites grecs par les nazis a toujours été abordée assez succinctement dans des ouvrages historiques généraux traitant de la période 1939 - 1945 en Grèce. Certes, l’historien D. Gatopoulos dans son “Histoire de l’Occupation”3  qui fit date, en dépit du manque d’impartialité de son auteur, mentionne ces persécutions, en deux pages,  dans une étude qui en compte six cents. Lorsque l’on connaît l’ampleur du drame on est quelque peu surpris de le voir traité aussi rapidement, comme s’il s’agissait là d’un épisode secondaire du cataclysme déclenché par le national - socialisme allemand.

M. Mazower, en publiant cet ouvrage, rend enfin justice à la communauté israélite de Grèce en intégrant l’histoire de son extermination dans l’histoire générale du martyre du peuple grec. En effet, en un chapitre extrêmement concis, il réussit à exposer les actes principaux du drame, non seulement à Salonique mais aussi dans le reste du pays, et à donner au lecteur qui n’aurait pu avoir accès aux ouvrages de M. Molho et de P. Enépékidis, une vision complète et exacte de l’application de la solution finale aux Juifs hellènes. La seconde qualité du livre de Marc Mazower est de replacer ce chapitre dramatique dans son contexte national : l’auteur, parallèlement aux souffrances du Peuple juif, nous révèle la barbarie nazie s’exerçant contre le peuple chrétien et les innombrables massacres de femmes, d’hommes et d’enfants, les villages incendiés, les exécutions sommaires, les fusillades de centaines d’otages qui ont fait de la Grèce l’un des pays les plus profondément meurtris par la folie hitlérienne.4  

Bernard Pierron







Dar es onor,
 demandar es dolor

Proverbe communiqué par Léon Alhadeff, de Nice

Comments