El gizado sefardi - Aldina Quintana Rodriguez, Zelda Ovadia et Moshe Shaul

Jose Maria Barcelo - Ibercaja, Plaza Basilio Paraiso 2 - E 50006 Zaragoza. 
Il est bien plaisant, le livre de recettes quIbercaja de Saragosse vient d’éditer sous ce titre car, vous lavez compris, il est rédigé en lingua muestra et qu’il y a déjà là un élément affectif très fort : cest à notre connaissance le premier livre de recettes de cuisine rédigé en notre langue !

Les trois au
teurs ont recueilli durant des années ces recettes de la bouche des cuisinières quils ont connues. La plupart de ces recettes ont déjà paru dans Aki Yerushalayim1  sous la responsabilité durant 14 ans de Kamelia Sahar, qui n’est plus maintenant, et à laquelle le livre est dédié.

Lordre de présentation des recettes est assez classique, depuis salatas i mezes, supes, vedruras, guevos, karnes i pischkados etc. et s’achève sur un chapitre particulier : les repas des fêtes traditionnelles juives.

Les quelques photos sont très belles, qui vous donnent envie de vous ruer sur une préparation.

Voyez, pages 27-photo et 49-texte, la berendjena reynada ; lisez à haute voix kortar la kaveza de las berendjenas, mundarlas... et vous êtes déjà au travail !

Et à propos de berendjenas, vous vous distrairez de retrouver en page 28 sous une forme légèrement différente la copla que nous avions reproduite dans la LS précédente sur los gizados de la berendjena rapportée à Susana Weich-Shahak par son informatrice Rosa Avzaradel, qui mentionnait sept recettes. 

Moshe Shaul nous raconte que dans la version la plus développée dont il ait connaissance, on en comptait trente-six... à votre imagination, pourquoi sen tenir là ?

Comme le livre édité en Espagne est destiné d’abord aux lecteurs hispanophones, le texte est précédé d’un tableau de correspondance entre chaque lettre du judéo-espagnol et son équivalence en castillan, ne dissimulant pas les difficultés et limpossibilité de rendre certains phonèmes : djadjik - du turc - n’est pas phonétiquement bien rendu par jajic...

Quelques textes de liaison viennent rompre la série des recettes. En page 147 par exemple, limportance culturelle du sucré dans la vie quotidienne judéo-espagnole nous est expli-quée, et du cérémonial afférent lors de la réception de visiteurs.

Tant il est vrai que l’
accommodation et le service des aliments préparés est bien plus que de la cuisine !

Jean Carasso
Comments