Poésie


Angèle Perla Saül, vivant à Paris, nous offre ce poème inédit :

Ma mémoire 

Je ne peux quimaginer cette femme aux cheveux de cannelle 
Que les marins guettent en haut de la tour,
Et sous les arbres en fleurs 
Ses amants assis qui souffrent d’amour.

 Je ne peux qu’
imaginer cette Espagne 
Aux odeurs de jasmin,
il semblait si bon vivre...
Tolède, Smyrne, Istanbul,
Ces noms résonnent dans ma tête 
Comme un jardin perdu...

Epices, couleurs chaudes, tapis dorient,
Pastèques au ventre rouge, soleil.
Epices, couleurs chaudes, tapis d’orient,
Pastèques au ventre rouge, soleil.

Et cette grande maison que vous avez quittée !

Je ne peux qu’imaginer cette peur d’être Juif sous lInquisition.
Cette peur en 1922 en quittant la Turquie Cette peur en 40 à Paris.

Je me souviens de la tristesse de vos yeux,
D’un accent qui me faisait dire :
Nous ne sommes pas d’ici.
D’une langue venue dailleurs...

Je porte en moi cette longue chaîne 
Je porte en moi ce passé si lourd 
Mais je porte en moi toute la richesse de ce passé.

Et aujourdhui ton pays ?

Aujourd’hui mon pays ?
C’
est MA MEMOIRE.

 Angèle Perla Saül


Comments