David Rapoport. “La mère et l’enfant” 36 rue Amelot


Jacqueline Baldran et Claude Bochurberg dans le livre qu’ils viennent d’éditer :


 David Rapoport.

“La mère et l
enfant”
 36 rue Amelot
1
 


tentent d’établir, grâce aux archives disponibles et aux témoignages dacteurs encore vivants, avec laide apportée par les Klarsfeld, la vraie activité du “36 rue Amelot à Paris 11ème” pendant l’Occupation.

Leur conclusion argumentée est que, sous couverture daide à l’enfance - activité bien réelle - et maintien des quatre cantines patronnées, une activité de résistance, création de faux documents didentité, organisation de filières vers la zone sud et la Suisse, une telle activité fut bien déployée dès lentrée des Allemands à Paris. Cest un cas typique de résistance des Juifs pour les Juifs, prolongée plus tard sous limpulsion dun homme aux convictions et à l’énergie exceptionnelles : David Rapoport, malheureusement arrêté sur dénonciation le 1er juin 1943, déporté et qui ne revint pas.

Le livre raconte l’intelligence de la situation à chaque instant déployée par Rapoport pour entretenir des liens defficacité avec l’UGIF, (Union Générale des Israélites de France) créée et coiffée par loccupant. Alors que c’était obligatoire pour les organisations juives, le centre de la rue Amelot ne fut jamais affilié à l’UGIF, mais resta toujours en contact pour plus defficacité, en équilibre acrobatique...  
La LS

Comments